La Presse en parle

Notre restaurant est fier de partager avec vous les articles qui parlent de nous

Gault & Millau - Été 2020

Les L du Moulin 13/20

Attention, chef en cuisine ! Car oui, ce n'est pas n'importe quel marmiton du dimanche qui s'est installé dans cette jolie maison de pierre en plein cœur du village provençal, à cinq minutes de Lourmarin. Cyril Lapeyre a été durant quinze ans le chef d’Édouard Loubet à la Bastide de Capelongue et si, bien sûr, le petit bistrot provençal n'est pas tout à fait de la même dimension, on peut être assuré que l'assiette va tenir ses promesses. Avec son épouse en salle, l'affaire tourne rond, le menu du déjeuner est proprement imbattable pour 18 €, et la formule du soir, accessible aussi le midi, est aussi bien placée à 35 € : fleurs de courgettes farcies au basilic soupe froide et pignons, filet de daurade à l'unilatérale, linguine à l'encre et jus marin à l'estragon, magret de canard rôti fregola sarda et ratatouille... En guest star l'autre fois, une superbe salade de homard breton avec une crème au pistou et légumes, pleine de fraîcheur de saison, pour un supplément de 5 € au menu. La tarte abricot de la formule du jour est parfaite sur une petite frangipane aux pistaches, les produits sont évidemment bien tracés (le chef a gardé son producteur de légumes de Cheval Blanc) et le vin vient bien de la région avec les choix utiles, comme ce Mas Lauris qui commence à bien faire parler de lui. Service aimable et dévoué dans ce joli cadre typique et sobre, terrasse pour les nombreuses belles journées.

Gault&Millau

Le Bouche à Oreille - Été 2020

restaurant luberon bouche a oreille

Les L du Moulin 5/5

Capital sympathie considérable pour cet ancien moulin à huile d’olive en plein cœur du centre-village. La terrasse ombragée est noyée de jasmin, un peu en hauteur, douce en été mais je préfère l’intérieur, la pierre et les voutes. Voir comment bougent les cuisines, prendre le rythme et entendre la musique: je suis devant le passe-plat. Le chef est droit, déroule, explique à ses collaborateurs, donne des consignes en même temps qu’il fait. Son épouse est en salle dans un registre apaisé et familial, bien secondée au service. Dilemme. Menu-carte 35€ avec 4 entrées, 4 plats et 4 desserts. Et aussi le midi en semaine, menu complet 18€ avec formule 15€ avec choix, oui m’sieur-dame. Voir de quel bois se chauffe le chef: entrée à la carte! Fleurs de courgette farcies au basilic, soupe froide et pignons de pin. Un jeu circulaire de températures, de croustillance et de mou, dans une version franche et copieuse de l’exercice cuisiné de la fleur de courgette. Un côté paysan droit au but tout en délicatesse rustique. Balsamique utile et fin, rare: 15,5/20. Je file ensuite sur la formule du jour plat+dessert: pavé de saumon rôti, jus marin à l’estragon. Poisson parfait dans sa cuisson délicate, haricots verts frais émincés/croquants, généreuse sauce à la fois marine et herbacée. L’idée déstabilisera celui qui veut manger ce qu’il connait déjà, mais résonnera positivement dans le ciboulot de celui qui mange pour découvrir. 15/20.

restaurant bouche a oreille

Mon dessert (toujours dans la formule midi!) est compotée de pêches et nectarine à la verveine, sacristain aux amandes grillées. Peut-être la meilleure idée d’été sucrée jamais boulotté par ma majesté! Beau comme un décolleté! Un dessert de cuisinier bien dressé sur des bases simples: délicieux fruits du canton bien taillés, pas de la pêche olé-olé qui parle espagnol. Amandes effilées poêlées, dôme d’espuma crémé à la verveine avec pistache concassée sur le dos, croustillant sacristain mes frères commençons la prière: 15,5/20 pour ce miracle divin! Amen! Menu à 18€ ou carte: produits différents mais même rigueur dans l’assiette! Remarquable état d’esprit! Cyril Lapeyre, quadra émancipé de la haute gastronomie fréquentée pendant 20 ans, notamment comme chef exécutif à la Bastide de Capelongue à Bonnieux. Dont il s’émancipe fin 2019 avec Marilena Lapeyre. Finie la gastronomie et la comédie des étoilés. Histoire de voir grandir leurs 5 filles: Lena, Lilia, Louisa, Laora et Lysea. Autant d’L dans un moulin, quel beau hasard! Bref! Une adresse pour bien manger et non pour se faire voir, autrement dit éloignée du tintamarre du Luberon et des tarifs pour pigeons qui vont avec. On adoube sans réserve, et plutôt deux fois qu’une!

Le Bouche à Oreille

Vous pouvez aussi suivre notre actualité  sur Facebook, en vous abonnant à notre page